“STATUS OF WOMEN CANADA ACT”: Time to give Status of Women Canada a legislated mandate: Mathyssen

OTTAWA – Today, New Democrats will acknowledge Person’s Day by introducing a Private Member’s Bill that will give Status of Women Canada a legislated mandate.

New Democrat Status of Women Critic Irene Mathyssen (London-Fanshawe) will table the Status of Women Canada Act, which will ensure that Status of Women Canada remains a federal institution and not be subjected to partisan influence. Under Stephen Harper’s Conservatives, the government has used Status of Women Canada to de-fund women’s equality seeking organizations, cancel an independent research program, and close offices rendering the agency understaffed and unable to address the underlying inequality issues women in Canada face.

“Canada has one of the largest wage gaps between men and women among developed countries,” said Mathyssen. “Women’s political participation has stagnated at 20 percent and they make up a disproportionate number of Canadians living in poverty. Women in Canada are still far from reaching full equality.”

New Democrats believe that Status of Women Canada is a vital agency that should work to advance women’s human rights in Canada. The current mandate needs to be replaced by one that follows the spirit of the UN Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women and Canada’s own Royal Commission on the Status of Women Report, and then be enshrined in Canadian law.

“Status of Women Canada should not just provide band-aid solutions to systemic problems,” said Mathyssen. “That is the reason I have submitted this bill– to give Status of Women Canada the authority to address systemic equality issues through research, advocacy, gender-based analysis and ongoing reviews of the status of women in Canada. I know that the Famous Five would support this bill and I call on my colleagues in the House of Commons to support this bill, too.”

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
LE 18 OCTOBRE 2010

LE NPD PRÉSENTE LA LOI SUR CONDITION FÉMININE CANADA
Irene Mathyssen veut donner un mandat législatif à Condition féminine Canada

OTTAWA – Aujourd’hui, le NPD célèbrera la Journée de la personne en déposant un projet de loi d’initiative parlementaire qui accordera un mandat législatif à Condition féminine Canada.

Irene Mathyssen (London-Fanshawe), porte-parole du NPD en matière de Condition féminine, présentera la Loi sur Condition féminine Canada qui fera en sorte que Condition féminine Canada demeure une institution fédérale à l’abri de toute influence partisane. Les conservateurs de Stephen Harper se sont servis de Condition féminine Canada pour enlever le financement aux organismes d’équité des femmes, annuler le programme de recherche indépendant et fermer des bureaux, créant ainsi une situation ou l’organisation n’a pas assez d’employés et ne peut pas s’attaquer aux enjeux d’inégalité auxquels les Canadiennes font face.

« L’écart de revenu entre les hommes et les femmes, au Canada, est l’un des plus importants parmi les pays industrialisés, a déclaré Mme Mathyssen. La participation des femmes à la vie politique stagne à 20 %. De plus, les femmes sont surreprésentées parmi les Canadiens vivant dans la pauvreté. Au Canada, la situation des femmes est loin d’être égale à celle des hommes. »

Le NPD croient que Condition féminine Canada est un organisme essentiel qui devrait œuvrer à l’avancement des droits des femmes au Canada. Son mandat actuel doit être changé pour un autre plus conforme à l’esprit de la Convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et du rapport de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme, une commission proprement canadienne. Ensuite, ce mandat devra être inscrit dans la loi canadienne.

Selon Mme Mathyssen, « Condition féminine Canada ne devrait pas se contenter d’offrir des solutions symboliques à des problèmes systémiques. C'est la raison pour laquelle ce projet de loi a été rédigé – pour donner à Condition féminine Canada le pouvoir de faire des recherches, de prendre des mesures de défense des droits, de faire des analyses comparatives entre les sexes et de réaliser des études continues de la situation de la femme pour s’attaquer efficacement aux problèmes systémiques de l’égalité. Je sais que les Célèbres cinq appuieraient ce projet de loi, et je demande à mes collègues à la Chambre de l’appuyer également. »